Le Life/Art Process, un langage…

Ma formation en Life/Art Process® a été comme l’apprentissage de mon propre langage. 

C’est la formation la plus proche de moi que j’ai faite, je l’ai trouvée faite sur mesure pour moi. Elle m’a permis d’apprendre, de réapprendre, à écouter profondément mon corps, ce que je souhaitais depuis toujours. J’ai appris non seulement à l’écouter, mais à être avec, à le sentir, à le percevoir dans chaque mouvement. Et du coup à le découvrir, apprivoiser et utiliser mon sens premier – que je ne connaissais pas encore avant – qui est le sens kinesthésique. Ma perception la plus fine de ce qui m’entoure se fait par des mouvements à l’intérieur de mon corps. Mais pour découvrir cela, j’avais besoin de sentir ces mouvements. Et à partir de là, en affinant cette écoute là, moi qui m’étais figée à plein d’endroits par d’innombrables peurs, j’ai pu remettre du mouvement là où il y avait du figement. Mettre en mouvement, et aussi rendre visible – alors qu’une de mes thématiques anciennes, profondément ancrée, était de cacher. Cacher ce que je percevais, cacher qui j’étais. Et mettre en dessins, aller écouter, découvrir mon univers profond que je ne connaissais pas, le mettre en mouvement, en formes, en couleurs, le rendre visible et audible. Et ainsi passer de mon ancien schéma de me taire à m’exprimer créativement, ce qui a permis de multiples éclosions. Et en ça, le Life/Art Process est pour moi une pratique qui prend soin de mon corps, qui m’accompagne et me soutient dans comment je me rapproche de qui je suis, comment je met en action ce qui m’anime, comment j’incarne au quotidien Qui Je Suis. C’est un lien tissé au quotidien avec mon intuition profonde, nourrie par mon art, quelque soit la forme que mon art prenne, et aussi simple soit-elle. C’est un appui, un soutient, un cadre, un langage, au quotidien, dans chaque instant de ma vie. Et ça devient une manière de voir le monde, un cadre de vie, une philosophie de vie. Et d’ailleurs, que signifie le ‘/’ dans Life/Art Process ? Tisser, faire le pont, entre l’art et la vie. 

Bienvenue !

Voici le tout nouveau site de l’association l’Alchimie Créatrice ! 

Né à la pleine lune du 6 septembre 2017, il se veut être un contenant simple, clair, précis et beau pour vous donner les informations sur les propositions de l’association et les activités proposées par Agnès Millet. 

Alors bonnes pérégrinations à travers ses pages, et à bientôt !

 

Oser la Femme Sauvage

 

ReveDeFemmes40
Rêve de Femmes n°40

Article paru dans la revue Rêve de Femmes n°40 de l’hiver 2015.

Oser la Femme Sauvage.

Rencontre, Connexion et Expression par l’art.

Ou comment une pratique artistique amatrice et aimante peut révéler la Femme Sauvage en nous

Quand j’ai plongé dans Femmes Qui Courent avec Les Loups de Clara Pinkola Estes il y a cinq ans, j’ai senti une profonde nostalgie, comme un appel des profondeurs, en lisant ses mots sur La Que Sabe, Celle Qui Sait à l’intérieur de nous. Je me souviens avoir pris un pinceau et écrit en couleurs sur une page blanche La Que Sabe. J’ai senti une rage ancienne en lisant ses mots sur la Loba, la vieille femme Louve, qui ramasse dans le désert les os, les choses ‘qui risquent d’être perdues pour le monde’, pour les réenchanter. Un sentiment qu’une part exilée, telle une Lilith oubliée dans mes tréfonds, se rappelait à moi. Oui ! Oui, je suis là ! Je suis bien là ! Fait moi vivre ! Exprime moi ! Et à la lecture de ce livre sur la femme sauvage, j’ai su que je devais enfin oser dessiner, oser exprimer par des couleurs, des formes, des lettres, mon monde intérieur, moi qui n’osait pas, qui n’osait rien exprimer. Moi qui était sûre et certaine de ne pas savoir dessiner. De ne pas savoir écrire des poèmes. J’étais alors avec ces question : Où est cette voix en moi qui crève d’envie de dessiner, d’écrire, de chanter, de danser ? Et qu’est-ce qui fait que je n’ose pas ? Que je suis sûre que je ne peux pas ?

Oser exprimer, et oser rendre visible, pour moi, et pour le monde autour de moi. À partir de là, mon cheminement a été à la fois artistique et féminin. Cheminement à la rencontre de moi, de mes profondeurs, de ma manière toute personnelle d’être au monde, de m’exprimer, de créer. Ma pratique artistique a été nourrie et soutenue par ma formation en Life/Art Process. C’est une méthode et une pratique d’arts expressifs basés sur le mouvement créée par Anna Halprin, danseuse et chorégraphe américaine pionnière dans l’utilisation de la danse comme moyen d’expression et de transformation, autant au niveau personnel que professionnel et social, et autant au niveau artistique que thérapeutique. Mon cheminement féminin s’est fait par de nombreux cercles de femmes, dont les enseignements du cycle des 13 Lunes, et surtout par ma (re)connexion à la dimension chamanique des cycles féminins grâce aux enseignements de Jane Hardwicke Collings, sage-femme chamanique. Et petit à petit, par l’écoute intérieur, la reconnexion au corps dans toute sa dimension, par l’expression et la création artistique, en mouvement, en dessins, en poèmes et autres écrits, j’ai dé-couvert mon féminin sauvage. J’ai découvert que je suis la magicienne de ma Vie, l’alchimiste de mon chemin, la marcheuse de mon rêve.

Voici un poème illustrant mon cheminement vers la révélation de ma femme sauvage.

Mise en grotte.

J’ai pris peur du monde,

Je me suis refermée.

Dans mon cocon, dans ma grotte,

je me suis mise en boule.

Ne plus regarder dehors,

Ni la terre ni le soleil,

Ni les étoiles ni la lune.

J’ai pris peur du monde,

Je me suis refermée.

Dans ma coquille, ma chrysalide,

Tout doucement je me suis transformée.

J’ai quitté mes peaux, mes vielles peaux,

mes vielles chemises, mes vieux manteaux.

Je me suis mise à nue.

J’ai cherché à l’intérieur,

J’ai fouillé mes ombres, mes peurs,

Jusqu’à voir un lambeau de lumière.

J’en ai tiré le fil d’or, petit à petit,

Je m’en suis tissé des ailes.

Mes ailes ont poussé, grandit.

Elles ont pris tout l’espace.

Ma coquille a craqué, s’est ouverte.

Alors,

J’ai regardé dehors.

J’ai regardé la terre et le soleil.

J’ai regardé les étoiles et la lune.

Je me suis envolée.

Je me suis envolée.

À vous de créer !

Et si la femme sauvage en vous avait une voix, que vous soufflerait-elle à l’oreille ? Quel poème déclamerait-elle ? Quelles couleurs, quelles formes choisirait-elle pour exprimer sa fougue, son urgence à vivre ?

Agnès MILLET